Entreprendre vos idées

Posts from the ‘Start Ups’ category

ExploLab lance Dock Dock!, pour donner une deuxième vie aux tablettes

Découvrez Dock Dock!, la dernière initiative B2C lancée par ExploLab !

dockdock kitchen

Après avoir conquis plus de 10M de foyers avec les apps iTooch d’eduPad et vendu à Facebook Monster Messengerson réseau social sécurisé pour les enfants, ExploLab revient avec une nouvelle offre B2C innovante, Dock Dock!

La plupart d’entre nous possèdent une tablette. En général celle-ci prend la poussière quelque part dans le salon ou dans un placard. Et quand on en a besoin, elle est déchargée, donc complètement inutile… Il semblerait que nos téléphones toujours plus grands et les Smart Assistants Alexa d’Amazon ou Google Home de Google les aient rendues obsolètes.

Et pourtant les tablettes sont fantastiques. Elles ont un écran bien plus grand qu’un Smartphone, elles sont beaucoup plus fines, légères et versatiles que les Smart Assistants, et elles sont mobiles contrairement aux Smart Assistants.

C’est pourquoi nous avons décidé de donner une nouvelle vie aux tablettes en leur confiant une mission simple : vous être utile chaque jour !

Make your tablet great again!

Dock Dock! est un kit qui s’attache magnétiquement sur votre réfrigérateur et recharge votre tablette, transformant instantanément votre frigo en un Smart Fridge… pour un centième du prix !

Dock Dock - videocall-s

Après des dizaines de prototypes, nous avons finalement opté pour un design minimaliste et universel.

Vous pouvez utiliser Dock Dock! directement sur votre frigo en mains libres ou attraper votre tablette et l’utiliser sur votre plan de travail pour suivre une recette ou vous poser dans le canapé pour regarder un film.

Avec l’app Dock Dock! pour Android, votre tablette est toujours allumée, chargée, utile et disponible pour toute la famille sur le point central de vie de la cuisine, le frigo.

Dock Dock icon 114 (Amazon)google-play-badge

D’où le slogan de Dock Dock! : « Make your tablet great again! »

Dock Dock! est actuellement disponible en prévente avec une offre de lancement avantageuse.

 

 

Stage entrepreneur : campagne kickstarter pour le lancement d’un produit innovant

Nous lancerons début 2018 une campagne kickstarter pour le lancement d’un produit innovant à fort potentiel dans l’univers des assistants domestiques (Google Home, Alexa…). Les prototypes sont en phase de finalisation et le concept est validé.
Image 010

Ta mission consistera à organiser et mettre en oeuvre cette campagne de A à Z : production d’une video de promotion du produit, création et animation de la campagne kickstarter, supports de communication, web marketing, relations presse, animation de la communauté de backers. Tu participera également au projet d’industrialisation en relation avec nos fournisseurs (prototypage, réalisation de moules, sélection des fournisseurs, pré-production…) et à la définition et à la mise en place du circuit logistique et commercial. Les fonds levés par la campagne permettront de financer l’industrialisation du produit (moules et 1ère production).

Tu es entrepreneur, autonome, rapide, enthousiaste, débrouillard et bosseur, ce stage est fait pour toi !

Envoie ton CV et explique moi en quelques lignes en quoi tu es la personne idéale pour ce stage : jerome[at]explolab.com

A très vite,

Jérôme,
Associé

ExploLab se mobilise contre le terrorisme avec la Ville de Paris Featured

Suite aux attentats du 13 décembre 2015, l’écosystème parisien de l’innovation a manifesté la volonté de se mobiliser face au terrorisme. La Ville de Paris et la Préfecture de Police ont entendu cet appel et ont organisé du 15 au 17 janvier, en partenariat avec l’École 42, le Hackathon Nec Mergitur auquel ont participé les équipes d’ExploLab, eduPad et Monster Messenger. Cet événement a réuni les acteurs de la communauté de l’innovation aux côtés des services de police, de secours et de l’État, pour développer des solutions de prévention, d’alerte et de gestion des crises. Lire la Suite…

« Comment continuer à innover en période de crise ? Dans une grande entreprise de services B2B » – Livre blanc innovation Featured

Nous avons le plaisir de vous partager le livre blanc co-écrit par ExploLab intitulé « Comment continuer à innover en période de crise ? Dans une grande entreprise de services B2B ». Cet ouvrage est le fruit d’une collaboration entre le créateur d’une structure « Lab », d’un établissement financier français et ExploLab qui a accompagné cette création et l’aide à entreprendre ses idées depuis 2009.

Ce témoignage a pour objectif d’apporter un éclairage sur les pratiques d’innovation mises en place avec la crise comme toile de fond. Notre analyse livre les méthodes qui nous semblent pertinentes dans une logique de duplication de celles-ci dans d’autres entreprises.

Découvrez sans plus attendre notre Livre blanc Innovation VF

Tout ce que vous avez toujours rêvé de savoir sur ExploLab, ExploLab Factory et eduPad… Featured

Minter-at-IBF-Kos

Mon ami Minter Dial,  conseil, coach et speaker, expert des marques et des usages du numérique, fondateur de The Myndset Company, m’a interviewé cette semaine, et m’a fait avouer tous les secrets de fabrique d’ExploLab.

Du modèle de développement d’ExploLab à l’incubateur ExploLab Factory en passant par les projets de création comme GangTrading ou eduPad, vous saurez tout, absolument tout sur notre entreprise !

Ecoutez l’interview sur son podcast : image

ou téléchargez le fichier MP3.

Spoiler : 10 codes à gagner permettant de télécharger gratuitement les applications iTooch d’eduPad pour les premières personnes à déposer un commentaire sur l’article de Minter.

Peu de surprise dans ce podcast pour les initiés qui nous suivent depuis longtemps, qui savent bien que nous appliquons à ExploLab tous les principes que nous préconisons à nos clients.

image

Toute l’approche ExploLab est dérivée de l’analyse de Donovan sur la frontière entre développement et innovation. Loin d’être un “blue ocean”, l’univers “au delà des pointillés” est un monde d’explorateurs, sauvage, où les repères (modèle économique, valeur, vitesse d’adoption…) sont des inconnues. Le potentiel d’une innovation n’a d’égal que son risque.

Une approche entrepreneuriale est la plus adaptée à l’exploration de cette zone risquée. Ce qui suppose à la fois d’assumer des risques, de les rendre acceptables ‘(“supportables”) en diminuant au maximum l’exposition financière et de garder constamment un tempo élevé en luttant contre le temps. Comme une startup.

1 commentaire

Tri sélectif et développement durable : quand l’innovation permet de changer les modèles traditionnels

developpement_durable Le concept du développement durable est aujourd’hui largement partagé, il s’agit d’un positionnement viable, vivable et équitable, à la confluence des 3 dimensions écologique, économique et sociale.

On voit se multiplier en entreprise les initiatives visant à pratiquer le tri sélectif et à le faire pratiquer par leurs clients lorsqu’il s’agit d’entreprises B2C. Mais très souvent, ces initiatives ne sont pas pérennes (“viables”), car elles coûtent de l’argent. En effet, les filières de tri sont coûteuses. Le risque est donc que ces initiatives, louables en soi, soient abandonnées dés que les temps deviennent difficiles. Il est probable que la crise actuelle mette en évidence ce problème de pérennité des solutions actuelles de tri sélectif dans de nombreuses entreprises.

Comment, dans ces conditions, faire du tri sélectif viable, voire durable ?

ExploLab accompagne actuellement le TGV Lab de la SNCF sur une expérimentation sur le thème du tri sélectif en gares.

La question posée est de savoir s’il est possible d’inciter les voyageurs et personnes transitant dans les gares à pratiquer le tri sélectif… sans que cela coûte de l’argent.

ckfd-logo La solution mise en oeuvre passe par le déploiement d’écopacteurs produits par la startup CKFD. Ces écopacteurs sont des dispositifs ne nécessitant pas d’énergie, donc sans contraintes de déploiement, permettant aux personnes de compacter des cannettes en aluminium.

Chaque année, 3,5 milliard de cannettes sont consommées en France, ce qui donne une mesure de l’enjeu ! D’autant plus que l’aluminium se recycle particulièrement bien (extrait de l’article Wikipedia sur l’aluminium) :

ecopacteur•  L’aluminium a une excellente recyclabilité. Pour recycler l’aluminium, on le fait simplement fondre. En plus des bénéfices environnementaux, le recyclage de l’aluminium est beaucoup moins coûteux que l’extraction à partir du minerai de bauxite.

•  Il nécessite 95 % d’énergie en moins et une tonne d’aluminium recyclé permet d’économiser quatre tonnes de bauxite. En sautant l’étape de l’électrolyse, qui réclame beaucoup d’énergie, on évite les rejets polluants qui lui sont associés. L’aluminium est quasi recyclable à l’infini sans perdre ses qualités, à condition de ne pas fondre dans un même bain des alliages de composition différente.

•  Le recyclage de l’aluminium est pratiqué depuis les années 1900 et ne cesse de progresser : dans la consommation d’aluminium en Europe, la part d’origine recyclage est passée de 50 % en 1980 à plus de 70 % en 2000.

•  Il existe différentes filières industrielles de récupération de l’aluminium. En France, l’aluminium ménager est récupéré avec les emballages dans le cadre du tri sélectif. Dans les centres de tri, l’aluminium est trié manuellement ou plus couramment grâce à des machines de tri par courants de Foucault. Il est ensuite broyé avant d’être refondu par des affineurs d’aluminium pour redonner du métal utilisable, appelé aluminium de seconde fusion.

•  L’aluminium de seconde fusion est utilisé essentiellement pour la fabrication de pièces de fonderie pour l’automobile (blocs moteur, culasses, pistons, etc.)

Malgré cela, implémenter et opérer un système de collecte de cannettes reste coûteux et non “viable”.

L’astuce utilisée par CKFD consiste à utiliser la grande surface disponible pour la valoriser en en faisant un support de publicité. A partir de là, le système pourrait devenir viable, c’est-à-dire à la fois écologique et rentable. L’enjeu de l’expérimentation, qui donnera ses résultats fin 2009, est de mesurer de manière objective les dimensions écologiques et économiques de cette approche : quel usage par les clients ? quelle contribution écologique ? quel bilan économique ?

Mais ce projet ne se réduit pas aux seuls axes écologiques et économiques. La dimension sociétale est en effet également présente, puisque ce système créée des emplois dédiés à la collecte des canettes, à l’entretien des écopacteurs et à l’affichage des publicités. Il est d’ailleurs possible d’augmenter la dimension sociétale en recrutant une partie des personnels mobilisés parmi des populations “fragilisées” ou en voie de réinsertion, qui rencontrent des difficultés à trouver du travail.

En conclusion, en cas de déploiement des écopacteurs CKFD à plus grande échelle à la SNCF, le tri sélectif pratiqué sur les cannettes serait à la fois écologique, économique et social, et donc durable.

Une autre innovation de cette expérimentation est qu’elle est le résultat du premier appel à projets du TGV Lab, qui permet d’incuber, sur le marché de la SNCF, des solutions innovantes portées par des startups et des PME. A ce titre, l’approche de la SNCF est exemplaire (et socialement responsable), puisqu’il s’agit d’une démarche positive de la part d’une grande entreprise pour rendre possible le lancement de projets avec des entreprises de petite taille (CKFD ne compte que 2 salariés). C’est une approche qui n’est pas naturelle quand on est une entreprise de plusieurs dizaines de milliers de collaborateurs, habituée à travailler avec d’autres grands comptes, mais qui contribue à faire émerger en France des PME innovantes et créatrices de valeur, et qui peut donner des idées à d’autres grandes entreprises.

Témoignage de Michel MARTI, responsable propreté et environnement à SNCF Gares et Connexions (pour l’ensemble des grandes gares de la SNCF) et responsable du projet côté SNCF : « Je tiens à féliciter ExploLab pour avoir amené à la SNCF un modèle qui permet à « David » de travailler avec « Goliath » ! Le projet d’appel à projets puis de déploiement des écopacteurs s’est déroulé dans d’excellentes conditions de collaboration, de réactivité et de partenariat entre les 3 parties ExploLab, CKFD et SNCF. Je me réjouis que ce projet démontre que le monopole des grandes idées n’existe pas, et qu’il permette aux TPE et PME, témoignant d’un fort potentiel d’innovation, d’être accompagnées et aidées, dans leur développement,  par de grandes entreprises.  »

logo_web

 

Convaincu de la richesse de l’approche appel à projets, qui permet à des grands comptes de s’appuyer sur le dynamisme et la créativité de startups et de PME et qui permet à des PME innovantes de tester leurs idées sur le marché, ExploLab propose aux grandes entreprises d’innover avec des PME au travers du programme d’appels à projets Lab PME.


2 Commentaires

ExploLab Factory sur 01Net et BFM

01netproBertrand BRAUX, journaliste à 01Net et BFM spécialisé dans les startups NTIC nous a interviewés et a fait une présentation d’ExploLab Factory sur BFM.

ExploLab Factory est un nouveau type d’incubateur privé, qui permet de lancer son business sans créer d’entreprise. ExploLab Factory est le moyen le plus simple pour entreprendre ses idées.

>> Voir l’interview 01Net TV

Ecouter la présentation d’ExploLab Factory faite par Bertrand BRAUX pendant l’émission l’Atelier numérique N°277 du dimanche 29 Mars 2009 sur BFM.

Lateliernumerique         Ecouter        BFM

>> Ecouter la présentation
Pour en savoir plus sur l’incubateur ExploLab Factory : https://explolab.com/index.php?lg=fr_FR&type=texte-embed;0;0;1;0;0;1224618927

 

2 Commentaires

The Point : activisme sur commande

Logo_wordsUn des grands problèmes quand on veut animer une communauté, c’est d’atteindre le seuil critique de participation.

L’objectif de The Point est justement de permettre aux gens de s’inscrire à une communauté de manière conditionnelle en fonction de seuils de participation d’autres personnes.

thepoint

Post de Springwise sur le sujet :

Few things are more frustrating to those trying to effect social change than an effort that fails simply for lack of participation. The Point is a new activism site that avoids that problem by giving planners a way to organize fundraisers, rallies, boycotts and other events so that they occur only once enough people have promised to join in.

To do this, The Point takes the notion of the tipping point—that point at which group action will produce a clear result and inevitable change—and applies it to organizing group efforts. Those who join a campaign pledge to take specific action—to boycott a company, for example, or donate funds toward a cause—but no one actually acts until the campaign reaches its preset tipping point, or number of pledged participants. When that point is reached, however, the action is triggered and participants make their donations, attend the event or boycott the organization. The Point can also be used to organize anonymously until a campaign builds to a level that provides safety in numbers and allows people to reveal their identities comfortably.

Andrew Mason, The Point’s founder and CEO, explains: “The Point is a new way of thinking about collective action. People need a way to know where their participation adds the most value. That’s what The Point offers—an environment where people are only asked to participate when their action can be combined with others to create a solution.”

There have been efforts in the past that used crowd clout and conditional participation—MyFootballClub, which we covered last year, comes to mind—but The Point takes a generalized approach and facilitates many different types of such efforts in one place. (Some, in fact, border on the frivolous, such as « John’s Proposal » to a woman named Patty—which he’ll make only if 999 people give their blessing.) Based in Chicago, The Point only just launched in late November, but in January it received USD 4.8 million from venture capital firm New Enterprise Associates; eventually, it plans to accept advertising as well. The site recently released an « Ultimatums » application on Facebook, and last month it was named a finalist in the SXSW Annual Web awards. Those in social activism will want to try the site out for their own organizing purposes. For all others, it’s a model to emulate!

 

Mots clés Technorati : , , ,

Dash Express : GPS et intelligence collective

dash.Dash Express prétend que leur produit est le 1er « smart »-GPS, et on veut bien les croire : pour la 1ère fois (c’est la V2 en fait, mais la V1, lancée l’an dernier ne tenait pas ses promesses).

Le principe ? Un GPS (enfin) connecté à internet via un modem mobile intégré, qui transmet anonymement toutes les 15 minutes les mouvements de votre véhicule (position et vitesse) et télécharge les données agrégées des autres utilisateurs du système Dash.

Au final, le meilleur système temps réel d’info traffic et des trajets optimisés… on a hâte de tester ce système en Europe !

 

Mots clés Technorati : , , , ,

Le reality show des startups

C’est entendu, la télé réalité est la lie du petit écran.

C’est entendu, le capital risque est une affaire sérieuse, un monde très fermé de gourous des nouveaux concepts, d’experts des montages financiers… et d’avocats d’affaires.

   Rien de plus différent, donc, a priori que ces deux mondes. Les extrêmes étant faits pour se rencontrer, une entreprise américaine, Bang Ventures, vient de lancer le concept d’un reality show pour startup sur internet, You be the VC.

Le principe de You be the VC est très simple : vous déposez votre idée et votre BP, celui-ci est étudié par des experts, et les 20 meilleurs dossiers sont soumis à un vote par le public.ybvc

Les 3 dossiers recevant le plus de votes recoivent un financement de 15 K$, l’accès à des locaux et du consulting gratuit par les sponsors. Vous l’aurez deviné, tous les projets sont dans le domaine du Web 2.0.

La formule est-elle si originale, finalement ? La Star’Ac et la Nouvelle Star touchent une certaine cible, maintenant on voit bien que le mythe du startuper à succès qui, partant de rien, construit rapidement un empire a de quoi séduire…

Il y a fort à parier que la formule prendrait en France : ça ne coûte rien, c’est très médiatique, et ça fait rêver (plutôt les cadres quadras les adolescent (quoique ?)).

 

ybvc-process

Un remake en France en 2009 ?

1 commentaire