Entreprendre vos idées

Jugaad : L’innovation frugale

A l’occasion de la sortie de la version française du livre Jugaad Innovation (innovation frugale en indien), Daniel Jasmin, co-fondateur d’ExploLab revient sur les bénéfices liés à ce mode de pensée, basé sur l’ingéniosité et la créativité, dans une interview pour http://pro.01net.com/

Couverture livre

L’ouvrage répond à une question en phase avec les problématiques actuelles : « Comment faire plus avec moins ? ». La réponse à cette question commence par un voyage en Inde et dans les pays en voie de développement où le Jugaad correspond à un mode de pensée et d’action. Elle incite les populations à devenir de véritables entrepreneurs et à agir avec des moyens et des ressources limités. Ces contraintes stimulent leur créativité et permettent de donner naissance à des projets industriels, grâce à cet état d’esprit entrepreneurial.

Si les pays en voie de développement font du Jugaad une philosophie et un moteur pour leurs actions, qu’en est-il des pays occidentaux ? Historiquement, nos cultures occidentales possédaient cet état d’esprit qui a permis de construire de belles réussites industrielles. Toutefois, le risque auquel les grandes entreprises françaises sont confrontées aujourd’hui est d’avoir perdu cette capacité à innover en permanence en raisonnant sous contraintes fortes (temps, budget). Et pourtant le contexte actuel n’est-il pas propice à revenir à la frugalité comme fondement de l’innovation ?

L’ouvrage étudie le cas de grandes entreprises françaises telles que la SNCF ou encore Siemens qui ont recours à ce mode d’innovation. ExploLab les accompagne au quotidien pour mettre en œuvre des projets innovants, à moindre coût afin d’initier les grandes entreprises à agir comme de véritables start-up pour survire dans des environnements contraints et inventer les modèles de demain.

Retrouvez l’intégralité de l’article en cliquant sur ce lien : http://pro.01net.com/editorial/593145/pensez-innovation-frugale-ne-cure-de-jouvence-pour-les-entreprises-francaises/

Innovation Participative à la SNCF

Comment solliciter efficacement l’intelligence collective d’un grand groupe ?

La SNCF a été reconnue le 30 novembre 2012 pour sa capacité à réinventer sa démarche d’innovation collaborative lors des Trophées de l’Innovation Participative organisés par l’association Innov’Acteurs, qui regroupe 70 entreprises (dont un tiers du CAC40), associations, collectivités et administrations en France autour d’une même volonté : développer l’Innovation Participative dans les organisations. Lire la Suite…

Tout ce que vous avez toujours rêvé de savoir sur ExploLab, ExploLab Factory et eduPad…

Minter-at-IBF-Kos

Mon ami Minter Dial,  conseil, coach et speaker, expert des marques et des usages du numérique, fondateur de The Myndset Company, m’a interviewé cette semaine, et m’a fait avouer tous les secrets de fabrique d’ExploLab.

Du modèle de développement d’ExploLab à l’incubateur ExploLab Factory en passant par les projets de création comme GangTrading ou eduPad, vous saurez tout, absolument tout sur notre entreprise !

Ecoutez l’interview sur son podcast : image

ou téléchargez le fichier MP3.

Spoiler : 10 codes à gagner permettant de télécharger gratuitement les applications iTooch d’eduPad pour les premières personnes à déposer un commentaire sur l’article de Minter.

Peu de surprise dans ce podcast pour les initiés qui nous suivent depuis longtemps, qui savent bien que nous appliquons à ExploLab tous les principes que nous préconisons à nos clients.

image

Toute l’approche ExploLab est dérivée de l’analyse de Donovan sur la frontière entre développement et innovation. Loin d’être un “blue ocean”, l’univers “au delà des pointillés” est un monde d’explorateurs, sauvage, où les repères (modèle économique, valeur, vitesse d’adoption…) sont des inconnues. Le potentiel d’une innovation n’a d’égal que son risque.

Une approche entrepreneuriale est la plus adaptée à l’exploration de cette zone risquée. Ce qui suppose à la fois d’assumer des risques, de les rendre acceptables ‘(“supportables”) en diminuant au maximum l’exposition financière et de garder constamment un tempo élevé en luttant contre le temps. Comme une startup.

1 commentaire

Appel à solutions innovantes pour les Carrefours CDC Innovation et Territoires

ExploLab accompagne CDC Numérique dans sa mission de développement numérique des territoires. En partenariat avec le consortium FC², CDC Numérique va organiser au premier semestre plusieurs Carrefours CDC Innovation et Territoires.

Les startups et PME innovantes sont invitées à participer à ces carrefours. Nous reproduisons ci-après l’invitation adressé aux entreprises.

Entrepreneurs, PME, les Carrefours Innovation et Territoires sont l’occasion de venir proposer vos solutions innovantes à des porteurs de projets des collectivités territoriales.
Les carrefours Innovation et Territoire sont une initiative de la CDC en partenariat avec le consortium FC². Ils sont conduits en association avec trois pôles de compétitivité et un groupe de travail composés de collectivités territoriales.

Le thème des Carrefours Innovation et Territoires est l’identité numérique –  services en ligne et accès par le citoyen.

L’objectif est de permettre de :

· Comprendre les enjeux et problématiques liés à l’identité numérique face au développement des services en ligne proposés aux citoyens

· Définir les besoins des collectivités territoriales pour la mise en œuvre de ces services

· Repérer et incuber l’innovation territoriale et les solutions innovantes sécurisées en réunissant les acteurs clés sur ces thématiques (partenaires consortium FC², collectivités, pôles de  compétitivité, PME, Acteurs régaliens…)

· Identifier les besoins en infrastructures de confiance numérique mutualisées

Il s’agit d’une opportunité concrète offerte à des Entrepreneurs et PME de venir présenter leurs services et produits permettant d’améliorer le service aux citoyens.

La CDC qui agit pour le développement et d’aménagement du territoire. Elle propose aux collectivités une démarche globale d’accompagnement, intégrant les infrastructures, les services et les usages, pour l’ensemble des cibles concernées par les technologies de l’information et de la communication (TIC)

Le consortium FC² qui a pour objectif développer et valider une plate-forme complète permettant le développement sécurisé de nouveaux services électroniques, basée sur la gestion transparente et fédérée d’identités.

Les  trois pôles de compétitivités dans leur mission de rapprochement de porteurs de projets innovants et d’émergence d’opportunités.

Ce  grand  appel à idées, ouvert à toute proposition d’innovation ou d’amélioration des services personnalisés aux citoyens:

1. Services délivrés par les collectivités

2. Modes d’accès aux services par les citoyens

3. Nouveaux services sécurisés que pourraient proposer ou promouvoir les collectivités s’appuyant sur des dispositifs d’authentification

L’appel à idées fonctionne de la manière suivante :

  1. Vous remplissez et renvoyez par retour de mail la fiche Idée (accessible ici) avant les dates limites de sélection de chaque Carrefour Innovation et Territoire
  2. Avant chaque carrefour, un comité de pilotage sélectionne les idées, initiatives ou projets et vous informe
  3. Aux dates des Carrefours, les représentants des entreprises porteuses sont invités à venir les présenter devant les collectivités.

Les Carrefours Innovations et Territoire se tiennent sur trois dates Le 18/02/2010, le 16/03/2010 et le 06/05/2010 et dans trois régions (les lieux des carrefours seront définis ultérieurement). Les comités de sélection se déroulent 15 jours avant chaque carrefour.

A l’issue de ces carrefours, des axes projets seront définis et diffuser auprès de l’ensemble des collectivités territoriales.

Apportez nous votre dynamisme et votre créativité et rencontrez des porteurs de projets capables de transformer vos idées sur leur territoire (régions, agglomérations, communes).

Pour toute question supplémentaire, merci d’adresser un mail à contactcdc@carrefoursinnovationetterritoires.org

       image

1 commentaire

Tri sélectif et développement durable : quand l’innovation permet de changer les modèles traditionnels

developpement_durable Le concept du développement durable est aujourd’hui largement partagé, il s’agit d’un positionnement viable, vivable et équitable, à la confluence des 3 dimensions écologique, économique et sociale.

On voit se multiplier en entreprise les initiatives visant à pratiquer le tri sélectif et à le faire pratiquer par leurs clients lorsqu’il s’agit d’entreprises B2C. Mais très souvent, ces initiatives ne sont pas pérennes (“viables”), car elles coûtent de l’argent. En effet, les filières de tri sont coûteuses. Le risque est donc que ces initiatives, louables en soi, soient abandonnées dés que les temps deviennent difficiles. Il est probable que la crise actuelle mette en évidence ce problème de pérennité des solutions actuelles de tri sélectif dans de nombreuses entreprises.

Comment, dans ces conditions, faire du tri sélectif viable, voire durable ?

ExploLab accompagne actuellement le TGV Lab de la SNCF sur une expérimentation sur le thème du tri sélectif en gares.

La question posée est de savoir s’il est possible d’inciter les voyageurs et personnes transitant dans les gares à pratiquer le tri sélectif… sans que cela coûte de l’argent.

ckfd-logo La solution mise en oeuvre passe par le déploiement d’écopacteurs produits par la startup CKFD. Ces écopacteurs sont des dispositifs ne nécessitant pas d’énergie, donc sans contraintes de déploiement, permettant aux personnes de compacter des cannettes en aluminium.

Chaque année, 3,5 milliard de cannettes sont consommées en France, ce qui donne une mesure de l’enjeu ! D’autant plus que l’aluminium se recycle particulièrement bien (extrait de l’article Wikipedia sur l’aluminium) :

ecopacteur•  L’aluminium a une excellente recyclabilité. Pour recycler l’aluminium, on le fait simplement fondre. En plus des bénéfices environnementaux, le recyclage de l’aluminium est beaucoup moins coûteux que l’extraction à partir du minerai de bauxite.

•  Il nécessite 95 % d’énergie en moins et une tonne d’aluminium recyclé permet d’économiser quatre tonnes de bauxite. En sautant l’étape de l’électrolyse, qui réclame beaucoup d’énergie, on évite les rejets polluants qui lui sont associés. L’aluminium est quasi recyclable à l’infini sans perdre ses qualités, à condition de ne pas fondre dans un même bain des alliages de composition différente.

•  Le recyclage de l’aluminium est pratiqué depuis les années 1900 et ne cesse de progresser : dans la consommation d’aluminium en Europe, la part d’origine recyclage est passée de 50 % en 1980 à plus de 70 % en 2000.

•  Il existe différentes filières industrielles de récupération de l’aluminium. En France, l’aluminium ménager est récupéré avec les emballages dans le cadre du tri sélectif. Dans les centres de tri, l’aluminium est trié manuellement ou plus couramment grâce à des machines de tri par courants de Foucault. Il est ensuite broyé avant d’être refondu par des affineurs d’aluminium pour redonner du métal utilisable, appelé aluminium de seconde fusion.

•  L’aluminium de seconde fusion est utilisé essentiellement pour la fabrication de pièces de fonderie pour l’automobile (blocs moteur, culasses, pistons, etc.)

Malgré cela, implémenter et opérer un système de collecte de cannettes reste coûteux et non “viable”.

L’astuce utilisée par CKFD consiste à utiliser la grande surface disponible pour la valoriser en en faisant un support de publicité. A partir de là, le système pourrait devenir viable, c’est-à-dire à la fois écologique et rentable. L’enjeu de l’expérimentation, qui donnera ses résultats fin 2009, est de mesurer de manière objective les dimensions écologiques et économiques de cette approche : quel usage par les clients ? quelle contribution écologique ? quel bilan économique ?

Mais ce projet ne se réduit pas aux seuls axes écologiques et économiques. La dimension sociétale est en effet également présente, puisque ce système créée des emplois dédiés à la collecte des canettes, à l’entretien des écopacteurs et à l’affichage des publicités. Il est d’ailleurs possible d’augmenter la dimension sociétale en recrutant une partie des personnels mobilisés parmi des populations “fragilisées” ou en voie de réinsertion, qui rencontrent des difficultés à trouver du travail.

En conclusion, en cas de déploiement des écopacteurs CKFD à plus grande échelle à la SNCF, le tri sélectif pratiqué sur les cannettes serait à la fois écologique, économique et social, et donc durable.

Une autre innovation de cette expérimentation est qu’elle est le résultat du premier appel à projets du TGV Lab, qui permet d’incuber, sur le marché de la SNCF, des solutions innovantes portées par des startups et des PME. A ce titre, l’approche de la SNCF est exemplaire (et socialement responsable), puisqu’il s’agit d’une démarche positive de la part d’une grande entreprise pour rendre possible le lancement de projets avec des entreprises de petite taille (CKFD ne compte que 2 salariés). C’est une approche qui n’est pas naturelle quand on est une entreprise de plusieurs dizaines de milliers de collaborateurs, habituée à travailler avec d’autres grands comptes, mais qui contribue à faire émerger en France des PME innovantes et créatrices de valeur, et qui peut donner des idées à d’autres grandes entreprises.

Témoignage de Michel MARTI, responsable propreté et environnement à SNCF Gares et Connexions (pour l’ensemble des grandes gares de la SNCF) et responsable du projet côté SNCF : « Je tiens à féliciter ExploLab pour avoir amené à la SNCF un modèle qui permet à « David » de travailler avec « Goliath » ! Le projet d’appel à projets puis de déploiement des écopacteurs s’est déroulé dans d’excellentes conditions de collaboration, de réactivité et de partenariat entre les 3 parties ExploLab, CKFD et SNCF. Je me réjouis que ce projet démontre que le monopole des grandes idées n’existe pas, et qu’il permette aux TPE et PME, témoignant d’un fort potentiel d’innovation, d’être accompagnées et aidées, dans leur développement,  par de grandes entreprises.  »

logo_web

 

Convaincu de la richesse de l’approche appel à projets, qui permet à des grands comptes de s’appuyer sur le dynamisme et la créativité de startups et de PME et qui permet à des PME innovantes de tester leurs idées sur le marché, ExploLab propose aux grandes entreprises d’innover avec des PME au travers du programme d’appels à projets Lab PME.


2 Commentaires

ExploLab Factory sur 01Net et BFM

01netproBertrand BRAUX, journaliste à 01Net et BFM spécialisé dans les startups NTIC nous a interviewés et a fait une présentation d’ExploLab Factory sur BFM.

ExploLab Factory est un nouveau type d’incubateur privé, qui permet de lancer son business sans créer d’entreprise. ExploLab Factory est le moyen le plus simple pour entreprendre ses idées.

>> Voir l’interview 01Net TV

Ecouter la présentation d’ExploLab Factory faite par Bertrand BRAUX pendant l’émission l’Atelier numérique N°277 du dimanche 29 Mars 2009 sur BFM.

Lateliernumerique         Ecouter        BFM

>> Ecouter la présentation
Pour en savoir plus sur l’incubateur ExploLab Factory : https://explolab.com/index.php?lg=fr_FR&type=texte-embed;0;0;1;0;0;1224618927

 

2 Commentaires

Projets TGVlab, ou comment un grand compte peut innover avec des start-ups et des PME

0810 - bandeau TGVlab Projets 600 

Voyageurs France Europe (VFE), la branche grandes lignes de la SNCF (TGV, Corail Intercités, Voyages-Sncf.com…) propose depuis peu d’accompagner et de faciliter le développement de start-ups et de PME innovantes dont l’activité permettra de créer un avantage concurrentiel pour VFE.

TGVlab est une entité lancée par VFE avec l’aide d’ExploLab depuis septembre 2008, qui a pour objet de tester sur le marché des services et des offres et des concepts innovants, à fort potentiel commercial ou d’image, mais qui présentent des risques élevés. Le TGVlab fait des expérimentations sur le marché, soit avec des équipes internes, soit avec des sociétés en création ou des PME.

L’objectif visé par VFE en ouvrant les expérimentations aux start-ups et aux PME est de permettre à des PME de grandir avec VFE, ce qui est très difficile autrement, de part les process de sélection traditionnels de fournisseurs.  btn_deposez_votre_projet

Les projets mis en œuvre par des start-ups et des PME font l’objet d’appels à projets, qui correspondent à des axes de développement retenus par VFE.

TGVlab-projetsAu travers ce ces appels à projets, VFE ouvre l’accès à sont marché aux entreprises sélectionnées le temps d’expérimenter leur service ou leur offre. VFE co-finance le coût de l’expérimentation (entre 50 et 150 K€), et apporte aux projets un accompagnement technique et marché. Par ailleurs, les projets peuvent être physiquement hébergés pendant la durée de l’expérimentation (typiquement de 4 à 8 mois) au TGVlab, qui est situé à Nanterre (92).

Un premier appel à projet est ouvert, concernant le tri sélectif en gares. Il est possible de déposer sa candidature jusqu’au 15 décembre 2008 en remplissant un dossier de candidature : http://www.tgvlab.com/projets/ajouter-projet.

D’autres appels à projets seront publiés dans les mois à venir.

Au travers de cette démarche originale, VFE teste un nouveau modèle de collaboration entre (très) grand compte et PME, permettant d’apporter d’un côté l’accès au marché et au financement, et de l’autre énergie, créativité et esprit d’entreprendre.

A suivre…

Mots clés Technorati : , , , , ,
3 Commentaires

La SNCF co-construit avec ses clients le TGV de demain avec TGVlab.com

TGVlab La SNCF vient de lancer avec l’aide  d’ExploLab  l’expérimentation d’un outil de gestion de communautés clients, TGVlab.com, dont l’objectif est de co-construire les offres du TGV de demain avec les clients.

Le fonctionnement de TGVlab.com est simple : d’un côté les clients peuvent soumettre, évaluer et débattre sur des idées d’amélioration du TGV, de l’autre, le marketing TGV peut répondre et animer les débats, mais surtout tester des idées en direct, sans attendre les longs délais (et les coûts) associés à une étude de marché.

Cela s’appelle co-innover avec ses clients, c’est un mouvement émergent, qui permet aux entreprises de s’appuyer sur l’expertise de leurs clients.Site-TGVlab

Mais cela ne s’arrête pas là : la solution déployée, Talkspirit, éditée par Blogspirit, a été configurée de manière à permettre d’ouvrir et de fermer des communautés à coût marginal, ce qui permet à la SNCF de monter et démonter rapidement, quasiment sans frais, des communautés de clients à l’état de l’art de la collaboration entre client de fournisseur.

Ainsi, les expériences de nouvelles offres ou services de la SNCF, testées localement, peuvent très simplement intéragir avec un panel de clients experts, de manière à « tuner » de manière très interactive et rapide une offre avant de la déployer. C’est une véritable rupture dans le process de conception et de validation d’une offre qui est ouverte au marketing.

Mesure du succès de cette intiative, moins de 3 semaines après son lancement, ce n’est pas moins de 4 communautés qui existent et sont animées par la SNCF :

 

 

TGVlab

TGVlab est la communauté des constructeurs des innovations TGV.

Participer

 

« Idées de voyage »

Soyez actifs, réactifs et proposez des idées en fonction de vos besoins pour faire évoluer le site voyages-sncf.com !

Participer

 

SNCFmobiLab

La communauté des testeurs de sncf.mobi, le portail mobile de la SNCF

Participer

 

Projets TGVlab

Projets TGVlab est la communauté des entrepreneurs et des PME co-constructeurs des innovations TGV

 

 

 

2 Commentaires