Mention très bien pour cette initiative de la Faacas (Fédération de Associations  Aulnaysienne des Commerces, des Artisans et des Services), dont le principe est le suivant : en passant commande, via Internet, à des commerçants ou des artisans de la ville, les clients, salariés d’entreprises ou de collectivités installées à Aulnay, pourront trouver d’urgence un professionnel pour faire un double de leurs clefs, un pressing pour nettoyer un vêtement ou une baby-sitter pour garder bébé en soirée. Un service express pour répondre aux attentes de ceux qui travaillent et un coup de pousse aux services à la personne.

Ce type de service, qui peine à trouver sa place malgré un réel besoin, pourrait se développer rapidement sur la base de ce modèle.

Voir sur le billet sur ce blog perso sur le financement du projet : http://www.monaulnay.com/economie/index.html

Extrait du post de Jérôme Charré sur Agoravox :

« Ainsi, par l’intermédiaire d’un site Internet, il sera possible de passer commande auprès de commerçants et artisans aulnaysiens et d’être servi dans les délais les plus brefs grâce à un service de portage qui reste à créer. On évoque le biais d’une société de réinsertion. Avec ce service de conciergerie, de nombreux salariés pourraient ainsi faire leurs courses et bénéficier de services sans bouger de leur bureau.

L’expérience sera d’abord tentée avec les trois plus gros employeurs de la ville : PSA Peugeot-Citroën, L’Oréal et la mairie d’Aulnay-sous-Bois. ’Ce sont les cadres qui sont directement concernés’, précise Claudine Pressi, l’adjointe au maire chargée du commerce. Les cadres, c’est bien, mais les autres ?

Le dossier préparé par la Fédération des associations aulnaysiennes des commerces, des artisans et des services (Faacas) répond en fait à l’appel à projets lancé par Renaud Dutreil, ministre du commerce et de l’artisanat, pour des opérations innovantes destinées à faire école.

Seulement trente dossiers seront retenus au niveau national. Celui de la Faacas est le seul pour la Seine-Saint-Denis. Il sera d’abord transmis par la CCIP à la chambre régionale de commerce et d’industrie, qui transmettra ensuite à la commission nationale. ’Nous attendons une subvention de 600 000 euros sur les 800 000 de l’opération’, précise-t-on à la mairie. La réponse devrait être connue dans le courant du mois de novembre. »

A suivre…

Mots clés Technorati : , ,