Via Les Echos
[ 24/10/06 ]

Ne dites pas à nos mères que nous sommes agents secrets pour Wal-Mart… elles croient que nous sommes un couple d’Américains moyens. Manque de chance pour Jim et Laura, leur mission secrète pour le géant yankee de la distribution a tourné au fiasco. Pour tenter de redorer son image de marque, l’ennemi public numéro un des derniers syndicalistes américains avait décidé de miser sur les nouvelles technologies en suscitant un blog tout à son honneur. Pour brouiller les pistes et donner un semblant de crédibilité à ses techno-supporteurs, Wal-Mart avait pris le soin de passer par un intermédiaire en la personne de la très puissante agence de communication Edelman connue pour avoir défendu Bill Gates à l’époque où Microsoft faisait figure de grand méchant loup du capitalisme.

Se croyant malin, Edelman avait pour l’occasion financé via un second intermédiaire (« les familles de travailleurs pour Wal-Mart ») un photographe du « Washington Post » et sa compagne. Leur mission : traverser l’Amérique dans un camping-car. Dormir sur les parkings des Wal-Mart ouverts 24 heures sur 24 qui acceptent d’accueillir les amoureux du camping à l’américaine. Et, au petit matin, Jim et Laura partaient à la rencontre des photogéniques salariés de Wal-Mart qui disaient tout le bien qu’ils pensaient de ce Carrefour « made in USA » accusé d’exploiter ses salariés. Sur leur blog au doux titre de « Wal-Martons au travers de l’Amérique », Jim & Laura décrivaient un Wal-Mart à visage humain, apportant prix bas aux plus pauvres et travail à tout ceux prêts à retrousser leurs manches.

Patatras. Le magazine « BusinessWeek », trouvant la ficelle un peu grosse, a découvert que ce qui ressemblait à de la publicité était… de la publicité. Jim et Laura (dont le frère travaille chez Edelman) ne sont donc pas d’honnêtes Américains cherchant à défendre spontanément le géant de l’Arkansas. Depuis, les bloggeurs s’en prennent à Wal-Mart et surtout à Edelman qui a osé avancer masqué après avoir expliqué à tous ses clients que, dans l’univers du Web, « l’honnêteté dans la relation, l’opinion et l’identité » était une règle d’or. Sur son propre blog, Richard Edelman a fait son mea culpa et promis que tout était de sa faute. Et qui a vendu la mèche ? un blog anti- Wal-Mart (qui est discrètement payé par des syndicalistes incapables de prendre pied chez Wal-Mart).

DAVID BARROUX (À NEW YORK)